La naissance d’une belle amitié

La naissance d’une belle amitié - Wilber Sargeant

Tom est notre voisin de droite, il est très gentil malgré son air bourru. Il est aussi un peu bruyant l’été quand il part avec sa moto, mais on l’apprécie vraiment, alors on ne dit pas un mot, en autant que ça reste dans le raisonnable. Il travaille dans le remplacement toiture varennes, et sa moto, c’est son bébé. S’il a été aussi paternel avec ses enfants, aujourd’hui adultes, qu’il est avec sa moto, ils ont dû être chouchoutés sans bon sens. C’est sa femme Cindy, qui chez eux, passe la tondeuse et jardine. Elle plante fleurs, fines herbes, tomates et autres légumes pendant des heures dans leur petite cour avec beaucoup de patiences et une passion évidente. À voir le temps qu’elle passe et l’attention qu’elle met à le faire, ce n’est sûrement pas une corvée pour elle. Ils forment vraiment un drôle de couple. Lui est pas mal rocker et elle est une femme toute menue et douce à l’allure romantique. Pourtant, ils ont l’air d’un couple qui fonctionnent très bien et surtout très amoureux. On discute parfois ensemble, on prend même à l’occasion une bière sur la terrasse l’été, mais sans plus. L’hiver par contre, on ne fait que se croiser et se saluer. Alors, quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai vu vendredi dernier, dans l’allée de son garage, son engin avec une annonce à vendre sur le devant. J’ai pensé qu’il s’en était acheté une autre pour la remplacer. J’ai alors croisé Tom, qui revenait seul de l’épicerie un dimanche matin et lui ait posé la question. C’est alors qu’il m’a annoncé une mauvaise nouvelle. Cindy, sa douce épouse, était atteinte de sclérose en plaques et cela évoluait rapidement. Alors il voulait vendre sa moto pour s’acheter une décapotable confortable, qui serait mieux pour se promener avec elle. Il lui arrivait souvent de partir de 2 à 3 jours seul sans sa femme avec des copains pour faire un voyage de moto, car il bénéficie de beaucoup de vacances l’été. Mais maintenant, il ne veut plus la laisser une seule minute. Elle ne peut plus travailler et à un besoin constant d’aide. J’étais vraiment désolé et bouleversé d’apprendre cette nouvelle. La vie nous envoie parfois des défis difficiles. Ma femme et moi, nous sommes offerts pour faire certaines courses, tondre le gazon ou pour lui donner un coup de main n’importe quand. On ne les laissera pas tomber !