Le mystère de la truelle

Le mystère de la truelle - Wilber Sargeant

C’est dans mon débarras que j’ai retrouvé, en cherchant complètement autre chose, un outil que je croyais avoir égaré. J’ai, pourtant, la manie de tout bien ranger et de tout remettre à sa place. J’ai un tableau sur lequel les silhouettes de chacun de mes outils sont dessinées. Un crochet sert à le suspendre exactement à l’emplacement que j’ai prévu pour lui. Avec ce système de rangement, je suis à l’abri des mauvaises surprises, des oublis aussi. Je ne prête jamais mon matériel à qui que ce soit. Bien sûr, mes fils peuvent venir dans mon atelier pour se servir de tout ce dont ils ont besoin. Par contre, ils connaissent la consigne : rien ne doit bouger d’ici, et tout doit être remis exactement à sa place avant qu’ils partent. Je les ai soupçonnés quelques instants d’être venu sans me l’avoir dit, et d’avoir oublié de remettre la truelle où elle doit aller.

Mon épouse va de temps en temps pour des injection d acide hyaluronique à Montréal. Elle était partie, cet après-midi-là, et je ne pouvais pas la questionner sur mon souci. Elle n’aurait peut-être même pas remarqué que Louis ou Jean-Philippe soit passé, car ils passent par la porte du fond du jardin, quelques fois. Ils viennent directement dans l’atelier, et ils bricolent. Je sais que ce sont des moments qu’ils choisissent pour être seuls. Parfois, ils passent à la maison pour se faire offrir un café ou une bière. Ma conjointe adore leur faire des sablés à la vanille, qu’ils ingurgitent en quantité phénoménale. Elle aime les voir engouffrer un plat entier de ces petits gâteaux.

J’ai regardé attentivement, mais je n’ai pas compris où cette truelle pouvait bien se placer. Je me souvenais bien, très bien même, que j’en avais une, il y a longtemps. Je n’avais pas eu le loisir de m’en servir, mais je souhaitais monter un muret pour délimiter la terrasse du reste du jardin. Et, tout à coup, je me souvins : je l’avais emportée chez Marc, quand il avait eu son garage à faire. J’étais venu pour l’aider et je n’avais pas remis la truelle là où elle se plaçait habituellement. Moi qui fais toujours la morale aux autres parce qu’ils ne rangent pas, cela me servit de leçon. Depuis ce jour, je n’ennuie plus mes garçons pour qu’ils rangent correctement les outils. Je leur fais entièrement confiance, et ils l’ont méritée, comme je le répète à chaque fois.